31/03/2006

 Propreté

 

Ma deuxième fille avait un sens inné de la propreté corporelle. Elle ne supportait pas d’avoir un lange sale. Elle fut donc rapidement « propre », pour employer l’expression courante qu’on emploie lorsqu’un enfant quitte le stade de bébé. Et quand il lui arrivait de s’oublier, elle se donnait une grosse tape sur les fesses en disant : « maprotte » (traduisez : malpropre)

12:42 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.